Lorsque l’on utilise les signes comme aide au langage, ils sont toujours associés à la parole.

Ils sont une aide pour communiquer avec une personne présentant : un trouble de communication, un retard de langage, un retard de parole, un trouble d’articulation…

Qu’est ce que l’aide au langage ?

C’est un outil de communication qui permet des échanges immédiats, sans autre support que la voix, le regard et les mains.

  • La voix : On parle normalement en essayant tout de même de privilégier des tournures de phrases simples
  • Le regard : (suppose qu’il n’y ai pas de déficit visuel majeur)
  • Les deux interlocuteurs sont face face et peuvent regarder les mimiques, haussement de sourcils, sourires…
  • Les mains : Ce sont les mains qui signent les mots clefs de la phrase. Il est possible de signer d’une seule main, même si c’est moins facile. Le parent ou professionnel possède une bonne motricité fine, ce qui n’est pas forcement le cas de l’interlocuteur (peut avoir des difficultés psychomotrices). Il faut donc accepter le signe, même mal fait !

Et en pratique ?

On parle normalement et on signe les mots clefs de la phrase en même temps qu’on les articule. Les signes de la L.S.F. sont utilisés comme un « code ». On ne parle pas d’apprentissage mais d’imprégnation, il est important que les mots signés le soient à chaque fois que le mot est prononcé. Au début, on ne signe que quelques mots par phrase et petit à petit le vocabulaire signé va s’étoffer en fonction des besoins, des centres d’intérêt …

Les signes peuvent être proposés sous forme de chansons, contes signés